Chroniques, Lectures, Ludiques, Visionnages

Mes envies de Juin : Femmes et Animation à l’honneur :)

Voilà un moment que j’avais envie de mettre en place ce rendez-vous mensuel pour vous parler de ce que j’ai repéré, récent ou ancien, dans tous les domaines qu’aborde le blog. 

Ce mois-ci, pas de romans ni de musique au programme. D’un côté j’ai une PAL colossale à diminuer donc j’évite de trop regarder ailleurs, et de l’autre, je me sens en pleine crise musicale (il parait que c’est un phénomène naturel quand on a dépassé les 30 ans lol). Mais pour le reste c’est plutôt l’explosion. Il faut dire que l’approche des grandes vacances est toujours synonyme de multiplication des sorties et des offres: Il faut occuper tous ces braves gens subitement atteints d’oisiveté.

jukebox-corner-Mes-envies-films

Ma sélection met les femmes à l’honneur, à commencer par le super casting hollywoodien de Ocean’s 8 (actuellement dans les salles). J’avais adoré la trilogie principale pour sa réalisation, ses effets et ambiances rétro, son casting de folie, son scénario à rebondissements… J’espère que ce spin-off version « petite soeur » sera au moins à la hauteur des « grands frères ». Mais les retours critiques sont très mitigés, alors j’hésite à me déplacer au ciné en cette période chargée pour moi :s

jukebox-corner-ocean-s-85 ans, 8 mois, 12 jours… et le compteur tourne toujours ! C’est le temps qu’il aura fallu à Debbie Ocean pour échafauder le plus gros braquage de sa vie. Elle sait désormais ce qu’il lui faut : recruter une équipe de choc.

Le butin convoité est une rivière de diamants d’une valeur de 150 millions de dollars. Le somptueux bijou sera autour du cou de la célèbre star Daphne Kluger qui devrait être l’objet de toutes les attentions au cours du Met Gala, l’événement de l’année. C’est donc un plan en béton armé. À condition que tout s’enchaîne sans la moindre erreur de parcours…


Puis un film d’animation japonais qui me fait de l’oeil depuis l’annonce de sa mise en chantier et dont j’ai suivi attentivement les avancées.

jukebox-corner-dans-un-recoin-de-ce-monde.jpg

Diffusé lors du Festival d’Annecy l’an dernier où il a obtenu une mention spéciale du jury, puis dans quelques rares cinémas à travers la France, c’est probablement en Blu-ray que je ferai (j’espère) tout bientôt la connaissance de Dans un recoin de ce monde.

Il émane des visuels tellement de douceur, de délicatesse et de poésie qu’il est difficile de croire que ce film parle du bombardement d’Hiroshima. Des serrements au coeur et des larmes en perspective…. Mon stock de mouchoirs est à son top niveau, je suis prête à le recevoir !

La jeune Suzu quitte Hiroshima en 1944, à l’occasion de son mariage, pour vivre dans la famille de son mari à Kure, un port militaire. La guerre rend le quotidien de plus en plus difficile, malgré cela, la jeune femme cultive la joie et l’art de vivre. Mais en 1945, un bombardement va éprouver son courage.


J’ai l’impression que c’est le festival de l’animation japonaise depuis quelques années. Avant, ne nous parvenaient que les films tout public du Studio Ghibli et ceux clairement plus adultes du cercle très fermé des réalisateurs cotés (Otomo, Oshii, Kon). Maintenant, tout ça semble avoir fait des bébés au Japon et ouvert des voies en France. Entre les transfuges/disciples de Ghibli et ceux qui prennent la suite des pionniers, la production qui nous parvient est très riche.

jukebox-corner-okko-et-les-fantomesPour mon plus grand plaisir, le temps où je me morfondais de ne pas voir telle ou telle oeuvre éditée en France semble révolu. Si on sait se montrer patient, tous ces films sortent au moins en Blu-ray/DVD.

Reste que la diffusion dans les cinémas est timide et tient de l’anecdotique. Okko et les fantômes ne fera certainement pas exception, il me faudra probablement faire 70 bornes pour trouver un cinéma qui le projette, ce qui est hors de question. Pour quand un nombre correct de copies en circulation ?

Seki Oriko, dite OKKO, est une petite fille formidable et pleine de vie. Sa grand-mère qui tient l’auberge familiale la destine à prendre le relai. Entre l’école et son travail à l’auberge aux cotés de sa mamie, la jeune Okko apprend à grandir, aidée par d’étranges rencontres de fantômes et autres créatures mystérieuses ! 

jukebox-corner-mes-envies-series-e1529573415190.png

jukebox-corner-legion.jpgUne série qui se déroule dans l’univers des X-men sans pour autant s’y référer sans cesse, voilà qui est intéressant ! Pour ce que j’en ai vu, la réalisation est osée et originale, l’histoire à vous rendre chèvre et les visuels très recherchés. Legion est clairement un projet à risque qui  explore presque incognito cette branche de l’univers Marvel. (3 saisons, en cours)

L’histoire de David Haller, le fils schizophrène du professeur Xavier, un homme sujet depuis l’adolescence à une maladie mentale. Au cours d’un de ses nombreux séjours en hôpital psychiatrique, une étrange rencontre avec un patient lui fait réaliser que les voix qu’il entend et les visions auxquelles il est confronté pourraient se révéler vraies.


Adaptée du manga éponyme de Akimi Yoshida (Kamakura Diary), Banana Fish est paru entre 1985 et 1994 au Japon avant d’être publié en France chez Panini Comics en 2003. J’ai toujours voulu lire ce thriller réputé sombre et violent mais il a rapidement été difficile de se procurer les premiers tomes, en rupture d’édition.

jukebox-corner-banana-fishJe m’étais résignée de longue date à ne jamais découvrir ce manga, jusqu’à ce que le projet d’adaptation en série animée soit dévoilé et ne vienne réveiller mes envies: Studio Mappa aux commandes, visuels de qualité et, la cerise sur le gâteau ? Les clients Amazon Prime pourront regarder Banana Fish gratuitement sur la plateforme de streaming Amazon Prime Video dès le 4 juillet. Je suis refaite !

1973, Vietnam, un soldat américain devient fou et tire sur ses propres alliés. Depuis cet incident, les seuls mots qu’il prononce sont « Banana Fish ». Douze ans plus tard, à New York, la police enquête sur une série de suicides très mystérieuse. Un jour, un homme sur le point de mourir donne à Ash Lynx, un chef de gang, une mystérieuse substance.

jukebox-corner-mes-envies-manga-e1529576427295.png

jukebox-corner-kenen-comme-chien-et-singeJapon des légendes, aventure, humour… voilà tout ce que promet Ken’en, comme chien et singe chez Doki Doki (tome 1 sorti en avril 2018). Le genre d’histoires qui vous immerge dans un autre monde et qui, sous couvert d’un univers fantastique poétique, vous distribuent des leçons de vie. A vérifier si je me trompe 😉

Sommés par un esprit maléfique de sacrifier une jeune fille à la divinité du temple local, des villageois font appel à Hayate, un chasseur de démons. À leur grande surprise, ce dernier n’est autre qu’un superbe chien blanc, doté de grands pouvoirs.

Grâce à son aide, ils ne tardent pas à découvrir que la créature à l’origine de leurs ennuis n’est autre que le kakuen Mashira, un être mi-homme mi-singe, ayant pour habitude d’enlever des humaines. Ce dernier, peu déstabilisé par sa rencontre avec le chien, décide de l’adopter…


Une histoire d’amour sans amour ? C’est la base improbable de Aromantic (love) story de Haruka Ono, une série estampillée shojo aux thèmes furieusement Josei, sortie chez Akata en mai dernier. Cette histoire abracadabrante semble être un concentré de tout ce que la société juge « anormal » en terme de préférences amoureuses et adopte le point de vue de ces trentenaires toujours célibataires subissant quotidiennement la pression sociale. Une série qui semble distiller ses messages militants sous couvert d’un humour féroce.

jukebox-corner-aromantic-love-storyFutaba Kiryû, 32 ans, est autrice de mangas. Ce qu’elle adore par-dessus tout, c’est dessiner des shônen bien sociaux ! Le problème, c’est que ce genre ne marche plus du tout… Du coup, pour essayer de vraiment lancer sa carrière, son éditeur lui propose (impose ?) de s’essayer à un autre genre de shônen : le harem manga !

Gros hic : elle déteste ça, et surtout… elle ne s’intéresse pas du tout à l’amour. Bien malgré elle et agacée par l’injonction sociale qui impose aux femmes d’être forcément amoureuses, elle entame l’écriture d’un shônen manga romantique. Contre toute attente, le succès est immédiat, et la voilà condamnée à continuer de dessiner une série à laquelle, elle-même, ne comprend rien…

Pour ne rien arranger, elle se retrouve très vite prise entre deux feux : d’un côté, la touchante vénération d’un assistant de douze ans son cadet, de l’autre, la séduction flamboyante d’un scénariste d’anime quadragénaire. Une situation cauchemardesque pour cette célibataire endurcie…


jukebox-corner-ayako-osamu-tezukaOn ne présente plus Osamu Tezuka, considéré comme le papa du manga moderne, dont les éditeurs Delcourt et Tonkam s’étaient employés à éditer une partie de l’oeuvre durant les années 2000.

Pour célébrer les 90 ans de sa naissance, il semblerait que certaines de ses oeuvres majeures connaîtront une réédition. C’est le cas de Ayako qui sortira en volume intégral chez Delcourt/Tonkam ce mois-ci. Une oeuvre très sombre et glauque qui change de l’idée que l’on se fait de la production du maître au travers de représentants plus populaires et plus jeune public comme Astro Boy, Princesse Saphir ou Le Roi Léo.

Jiro Tengé, prisonnier de guerre tout juste rapatrié, est devenu agent secret au service des forces occupantes américaines. Son retour est plutôt mal vu, son père se demandant pourquoi il n’est pas mort pour sa patrie. Il retrouve une famille dont les liens se sont singulièrement dénaturés.

Son frère aîné Ichiro qui accepte que sa femme couche avec son père en échange de l’intégralité de l’héritage. Une nouvelle petite soeur, Ayako 4 ans, qui ressemble étrangement à sa belle soeur Sué. Sa soeur Naoko, membre du Parti Populaire des Travailleurs est rejetée par son père. Sa mère femme dévouée et soumise baisse les yeux sur les tromperies de son mari.

Une vraie tragédie familiale baignée dans le contexte de l’après guerre, sous l’occupation avec un Japon en crise, grèves, licenciements et meurtres politiques…

jukebox-corner-Mes-envies-BD

jukebox-corner-broderies-marjane-satrapiJ’avais adoré le Persepolis de Marjane Satrapi, mélange de récit autobiographique et d’Histoire de l’Iran raconté sur un ton positif et enjoué malgré le tragique des événements. Mais pour une raison qui m’échappe, cette information s’est perdue dans un recoin de ma mémoire pour resurgir il y a peu.

Du coup, je me suis mise en tête de réitérer ma bonne expérience avec cette autrice et j’ai jeté mon dévolu sur Broderies paru en 2003 chez L’Association dans la collection Côtelette (un nom pareil, ça ne s’invente pas :p). Confidences intergénérationnelles de femmes, sur fond de relation avec les hommes, cette BD traitée en roman graphique promet des moments croustillants et révélateurs sur la condition des femmes en Iran.

Chez les Satrapi, lors des fêtes de famille, le ventre bien rempli et les hommes à la sieste, les femmes se réunissent autour d’un samovar pour pratiquer la « ventilation du cœur  » : c’est à qui racontera l’histoire la plus croustillante, et l’on comprendra bientôt le sens ambigu du terme Broderies.

jukebox-corner-Mes-envies-comics

jukebox-corner-the-unwritten-entre-les-lignes.jpgC’est souvent chez Urban Comics, dans leur collection Vertigo, que je trouve les comics qui réussissent à me réconcilier avec le genre, ou plutôt devrais-je dire, qui réussissent à tordre mes idées reçues.

The Unwritten de Mike Carey et Peter Gross, dont le tome 1 est paru en 2017, m’a d’abord accrochée par sa couverture qui sous-entend une relation forte de l’histoire au contenu d’un livre, mais aussi, qui présente le livre comme un univers dans lequel on peut se faire littéralement happer. Un petit coup d’oeil au résumé et il ne m’a pas fallu longtemps pour savoir que cette série sera probablement mon tout prochain investissement comics.

Vivant sur la renommée de l’œuvre de son père, Tom Taylor, fils du romancier et modèle du héros des romans, vit aujourd’hui sur la renommée de l’œuvre paternelle qu’il entretient auprès des fans de la saga. Lors d’un festival, Tom est pris à parti par un lecteur passionné, l’accusant. Très secoué par les accusations, À la lumière de cet événement, Tom Taylor doute bientôt de sa propre identité en réalisant à quel point sa vie et celle du héros de papier se mêlent étrangement, troublant la frontière entre fiction et réalité.

jukebox-corner-mes-envies-comics-jeux-video.png

jukebox-corner-Sega-Mega-Drive-Classics-PS4Le temps passe vite et, plus je progresse dans la trentaine, plus la nostalgie me saisit. Il faut dire qu’en matière de jeux vidéo elle est constamment appelée et entretenue par tout le business des remakes, des reboots et des portages qui ne cesse de remettre sur le devant de la scène les titres qui ont fait les belles heures de certaines consoles et les heures sans sommeil des joueurs (le jeux vidéo est officiellement devenu une addiction reconnue lol).

Plus récemment, ce phénomène a même poussé les constructeurs à ressortir en version mini et USB les consoles qui ont connu mes premiers émois vidéo ludiques. Leur succès énorme en terme de ventes m’a rassurée sur le fait que je ne suis pas la seule à être atteinte de cette crise de nostalgie aiguë, il y a clairement tout un marché bien juteux. Sauf que j’ai su résister à la tentation, il y a suffisamment de consoles alignées sous mes téléviseurs !

Par contre, il n’est pas sûr que je puisse repousser la compilation Sega Mega Drive Classics pour PS4 et Xbox One sortie en mai dernier. Avec des titres comme Shining Force, Phantasy Star, Shinobi, Sonic, Street of Rage, etc, etc. et un petit prix à moins de 30€, elle tient du must-have. C’est même une excellente idée cadeau pour l’anniversaire de l’Homme. 😀

Un petit récap de mes envies au fil du temps

C’est tout pour cette fois !
Rendez-vous le mois prochain pour de nouvelles envies 🙂

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s